Que dit la nouvelle loi introduisant un menu végétarien / végétalien par semaine dans les cantines scolaires ?

Courrier cosigné par les 3 organisations suivantes suite à la promulgation de la loi n°2018–938 du 30 octobre 2018

Madame, Monsieur, Par ce courrier, nos trois organisations, la FCPE, Greenpeace France et l’Association végétarienne de France (AVF) souhaitent vous apporter des clés de lecture pour l’application de l’expérimentation des menus végétariens dans les cantines scolaires. Le texte a été voté par l’Assemblée nationale en octobre 2018 dans le cadre de l’article 24 de la nouvelle loi Agriculture (loi “pour l’équilibre des relations commerciales en agriculture et pour une alimentation saine, sûre et durable”) et doit être appliqué au plus tard le 1er novembre 2019. La diminution de la consommation de viande et de poisson dans la restauration collective scolaire, qui sert un milliard de repas par an, constitue un levier sans équivalent en termes de santé et de lutte contre le réchauffement climatique. Dans un contexte où le nombre de prescriptions imposées à la restauration collective a beaucoup augmenté, nos trois organisations ont décidé d’unir leur expertise pour accompagner les acteurs de terrain et faire en sorte que l’expérimentation soit menée dans les meilleures conditions possibles. En l’attente du décret d’application, en cours de rédaction, et étant donné le délai très court prévu par le législateur, nous vous livrons ici un certain nombre d’informations essentielles que nous avons fait vérifier par les élus à l’origine du texte et nos services juridiques respectifs. Le texte tel qu’il a été voté « À titre expérimental, au plus tard un an après la promulgation de la loi n°2018-938 du 30 octobre 2018 pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, pour une durée de deux ans, les gestionnaires, publics ou privés, des services de restauration collective scolaire sont tenus de proposer, au moins une fois par semaine, un menu végétarien. Ce menu peut être composé de protéines animales ou végétales. L’expérimentation fait l’objet d’une évaluation, notamment de son impact sur le gaspillage alimentaire, sur les taux de fréquentation et sur le coût des repas, dont les résultats sont transmis au Parlement au plus tard six mois avant son terme. »

Concrètement, quel est le sens du texte ? Lire la suite du courrier

La gestion d’une coopérative scolaire

Source : OCCE78

1. La coopérative scolaire est une association d’élèves et d’adultes au service d’une éducation citoyenne, responsable et solidaire.

Le but des coopératives scolaires est, avant tout, d’éduquer les élèves (par l’apprentissage de la vie associative et la prise de responsabilités réelles en fonction de leur âge) à leur futur rôle de citoyens.

La coopérative, c’est l’éducation citoyenne en actes et cet objectif dépasse largement les problèmes financiers auxquels elle est souvent associée.

2. La coopérative scolaire n’a pas pour but de se substituer aux obligations des collectivités territoriales concernant les charges d’entretien et de fonctionnement des écoles publiques.

Elle ne doit contribuer ni à la réalisation de travaux, ni à la location ou l’achat de moyens d’enseignement (photocopieur, manuels ou fournitures scolaires), ni au financement des activités obligatoires intégrées dans le Projet d’Ecole et soumises au Conseil d’Ecole.

3. Les principes généraux du fonctionnement de la coopérative scolaire sont ceux de toute association : gestion démocratique, rigueur et transparence comptables.

Comme toute association, elle a des projets et peut avoir besoin de fonds pour les réaliser.

Plusieurs sources de financement permettent son fonctionnement : subventions des collectivités, fêtes, ristournes sur la vente de photographies scolaires…

4. La recherche de financements avec les élèves a une haute valeur éducative.

L’importance du projet n’est pas tant dans son objet (sortie, voyage…) que dans la participation active et réelle des élèves à sa réalisation.

La mission de l’école n’est pas de former des élèves « consommateurs » passifs et assistés de projets. La mendicité auprès des familles n’est pas l’acte éducatif le plus intéressant.

Faire comprendre aux élèves que la réalisation d’un projet collectif implique échange et participation active de chacun (même dans la recherche des moyens pour le financer) est l’objectif essentiel des projets mis en oeuvre par la coopérative.

5. La participation financière quand elle est demandée aux familles ne peut être que volontaire et modique.

Elle manifeste la volonté de soutenir les actions de la coopérative de l’école.

Mais l’aide que les parents peuvent apporter à la vie de l’association ne se limite pas à la seule contribution financière et ils prennent souvent une part active indispensable à la réalisation des projets de la coopérative. Pour toutes ces raisons, l’ouverture de la coopérative à l’ensemble des partenaires de la communauté éducative est une nécessité qui implique une réelle volonté de transparence, un souci de dialogue et une confiance sincère dans la volonté de mettre en place un indispensable partenariat éducatif au service des élèves.

Elections des parents d’élèves : 7 au 11 octobre 2019

Les élections auront lieu EXCLUSIVEMENT par correspondance la semaine du 7 au 11 octobre 2019.

ATTENTION :

  • Aucun vote ne sera possible sur place le 11 octobre
  • Les 2 parents votent

N’hésitez pas à voter, c’est simple et rapide. Vous recevrez les enveloppes dans le cahier de liaison de votre enfant.

Capture

Nous comptons sur vous : plus nous serons nombreux, plus notre voix sera écoutée !

M TON DOS

FCPE Carrières sur seine M'ton dos postures
FCPE Carrières sur seine M’ton dos postures

Le site http://www.mtondos.biz  est dédié à la Prévention du mal de dos en milieu scolaire pour une Action marquante et durable dans l’esprit des enfants.

En 2014, une formation gratuite d’une heure a été donnée à des élèves de CM1 et CM2 dans toutes les écoles élémentaires de Carrières sur Seine. Cette formation a eu pour but de leur apprendre les bons gestes et postures à adopter à l’école et à la maison.

Elle est cofinancée par la FCPE, la Mairie et les écoles élémentaires.

Visionnez la vidéo d’une intervention type en classe

 

Rythmes scolaires : la semaine de 4 jours pour la rentrée prochaine

rythmes scolaires

 

Lors du Comité de Pilotage du 16 janvier 2018 sur les rythmes scolaires,  les résultats du sondage réalisé auprès des familles, des enseignants, des animateurs et des ATSEMs ont été dévoilés :
55% des enseignants ont voté
49% des familles soit 545/1158 familles.
A la question  » Etes-vous favorable à un retour à la semaine de 4 jours « , la réponse oui  pour :
57% des familles
81% des enseignants
65% des animateurs
86% des ATSEMs
Une fois que le résultat du sondage sera passé en commission scolaire puis au conseil municipal du 12/02, un courrier sera adressé au DASEN pour validation et au mois de septembre 2018 la rentrée se fera sur la base de 4 jours pas semaine. Les horaires seront 8h30-11h30 et 13h30-16h30. Normalement étude entre 17h et 18h, temps du goûter entre 16h30 et 17h.
A la question  « Que pensez-vous d’un prolongement de l’accueil des enfants jusqu’à 19h », les familles ont répondu :
48% plutôt favorable
37% non concerné
15% plutôt défavorable.
Une réflexion va être menée pour savoir si toutes les écoles souhaiteraient l’horaire de 19h. Cela fera partie des prochaines discussions avec la mairie.